À la découverte de Mandaley!

Jeudi 16 janvier, Bon anniversaire à Agathe ! Petit déjeuner à l’hôtel dans une salle donnant sur l’extérieur. En face de l’hôtel il y a un genre d’institut de beauté. L’institut doit aussi faire hébergement pour des jeunes car on les voit se laver presque sur le trottoir avec l’aide d’une énorme cuve! L’eau à l’air froide. Ils se lavent en jean puis avec leur longyi pour laver leur vêtement en même temps! Les touristes qui passent dans la rue sont obligés de s’arrêter pour voir ça, c’est carrément irréel dans une ville! Nous sortons ensuite de l’hôtel et filons trouver une mama qui pourra nous laver notre linge à un prix correct. Là encore en Birmanie c’est la grosse arnaque la lessive. Tout est à la pièce donc quand tu n’as que des culottes c’est pas intéressant! C’est à cette même mama que nous louerons des vélos pour aller explorer Mandaley. Elle nous prendra même à recoudre quelques vêtements qui le nécessitent. Nous sommes parés, let´s go to the Ubein Bridge! C’est à 13 km sur une route plutôt plate donc c’est facile. Nous traversons des quartiers de Mandaley où les gens confectionnent des statues de bouddha de toute sorte. Si vous chercher des objets religieux c’est ici qu’il faut aller! C’est un travaille de titan que font les hommes et les femmes ici. Le pont n’est pas magnifique mais c’est le contexte qui est extra. Quelques parties ont été reconstruite en béton mais c’est quand même le plus long pont en tek du monde! Il ressemble plus à un immense ponton qu’à un super beau pont! Nous le traversons et resterons sur l’île pour déjeuner et visiter une pagode. L’ambiance est super sympa. Les gens vivent ici entre les arbres au rythme de leur pêche dans le lac. Les boui-boui de bouffe qui s’improvisent ici profitent de l’espace et chaque groupe de personne qui s’installe sont loin les uns des autres mais à chaque fois à l’ombre d’un arbre. C’est trop mignon. Nous repartons d’ici mais prenons encore quelques photos du dessous du pont. Nous sommes à la saison sèche alors il n’y a pas beaucoup d’eau. Il paraît qu’à la saisons des pluies, l’eau touche presque le tablier du pont! Les potagers installés dans le fond du lac sont alors à ce moment là complément submergés. Les gens qui y vivent autour ont construits d’ailleurs leur maison sur pilotis. Nous prenons le chemin du retour et croisons comme souvent, des chèvres et des vaches par ci par là. Nous sommes habitués maintenant mais c’est toujours marrant de voir comment les gens vivent si proche de leur animaux d’élevage. Sur la route du retour nous visiterons une grosse pagode qui abrite un immense bouddha doré boursouflé de partout tellement il a de feuilles d’or collées sur lui depuis des dizaines et des dizaines d’années. Nous filons ensuite à un temple magnifique en tek super bien travaillé, sculpté, c’est super beau. Notre route nous amène le long de la rivière majeur de Birmanie : l’Irrawady. Nous la longeons et décidons d’aller voir ce qu’il s’y passe en son bord. Nous découvrons carrément un village inondable en saison des pluies. Les gens vivent dans des conditions incroyable. Toujours dans leur maison de bambous mais avec les déchets partout autour. Ils vivent de l’activité de la rivière… Une expérience incroyable pour nous ici que nous vivons en fin de journée quasiment au couché de soleil. Nous remontons sur la route et allons dans un petit parc avec vu sur la rivière pour profiter justement de ce coucher de soleil et de cette magnifique boule rouge qui descend derrière les collines au loin. Nous revenons vers l’hôtel et passons dans une rue au trafic impossible. En fait il y a comme une fête de la rue, une espèce de fête foraine qui bloque tout. Mais personne n’a fermé la rue alors bien sur ça fait des bouchons! Les enfants se prennent tous les pots d’échappement… De retour à l’hôtel une bonne douche bien mérité puis dîner dans un bouiboui de la rue recommandé par l’hôte et le Lonely planet : nous sommes assis sur des petites chaises sur les trottoirs comme au Vietnam et c’est super bon, c’est un régal! On se couche enfin dans une vraie chambre double que l’hôtel nous a trouvé ce matin pour 17 dollars.

Vendredi 17 janvier, Apres le rituel du petit déjeuner devant les jeunes qui se lavent dans la boutique en face, nous récupérons auprès de notre mama d’hier nos vêtements raccommodés (sauf un sac d’Amélie, là pour le coup c’est mal fait. Tant pis le reste est ok) et tout propres et lui louons à nouveau des vélos. Nous partons pour les fabriques de feuilles d’or. Nous ne trouvons pas de fabriques artisanales mais un lieu touristique tout de même intéressant. On y voit toutes les étapes, c’est un travail de malade pour les hommes qui tapent sans cesse pour aplatir le morceau d’or. Ils utilisent également des feuilles faites à base de bambous (quasi même principe que le papier mâché) le processus de fabrication de ces feuilles est tout aussi intéressant. On sort d’ici avec une tâche de feuille d’or sur le front c’est trop marrant. On continue notre chemin vers le palais que nous ne visiterons pas. Les guides ne le vendent pas bien alors on juge que ça n’est pas nécessaire. Il n’y a pas grand chose à y voir. Un touriste de l’hôtel nous a passé sans rien demander en retour son passe à 10 dollars qui permet de rentrer dans quelques lieux soit-disant intéressant de Mandaley. A nous il nous servira que pour 2 monuments. L’un c’est Etienne qui ira. L’autre encore un temple en tek (certes magnifique mais similaire à celui d’hier) c’est Amelie qui ira. Nous continuerons notre balade après un déjeuner à base de salade de thé super bonne et riz que nous trouverons dans un bouiboui sur la route. Les salades de thé en Birmanie sont extra! Nous visitons ensuite quelques autres pagodes avec des centaines et des centaines de stoupas blanches. C’est très impressionnant… Et arrivons enfin à la porte de la fameuse colline de Mandaley. Le chemin menant tout en haut est couvert et jalonné de vendeurs de tout : objet religieux, souvenirs… Nous passons aussi des petits temples et pouvons voir de temps à autres des bouddhas sur le chemin dont un gigantesque montrant du doigt la cité de Mandaley. Elle est le reflet d’une prophétie que Bouddha avait dite, « plus tard il y aura une cité ici » en pointant du doigt le futur emplacement de Mandaley! Pour qu’il est eu raison c’est un roi qui décida d’y installer à la date précise ou bouddha l’avait prédit, une nouvelle capitale! Tout là-haut les bâtiments sont superbes. Touts les poteaux sont carrelé avec des espèces de miroirs et les joints sont parfois rouge, jaune, vert ou bleu, c’est sublime. Nous resterons la jusqu’au couché du soleil. Encore une magnifique boule rouge à photographier! Nous rentrons en faisant le tour du palais dans l’autre sens et fonçons pour ne pas rater le bus. Petite douche là encore bien mérité quand on pense que l’on doit se déchausser dans tous les lieux religieux et même pour monter à la colline de Mandaley! Le pick-up déjà chargé de pas mal de touristes vient nous chercher et nous filons vers la gare routière. Le bus de nuit arrive à l’heure. Nous montons dedans et nous râlons pour changer de siège car les nôtres ne se baissent pas. Impossible de dormir dans ces conditions…sans ça le voyage se passe bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *